Préty

PRÉTY, VU PAR DEUX VILLAGEOIS D’ADOPTION 


Jean-Paul et Annie, après avoir vécu 17 ans à Lyon, ont élu domicile à Préty, il y a presque  10 ans. Rien ne prédisposait cependant ces citadins à s’installer dans ce petit village du  Tournugeois. Marie-Christine Bernollin les a interrogés pour le bulletin paroissial.  

MC. B. : Vous avez quitté la grande ville pour vous installer ici. Aviezvous des attaches dans la région ? 

Annie : Pas vraiment, je suis mâconnaise d’origine mais mon père étant  militaire, j’ai beaucoup voyagé. Nous avons opté pour la Saône et Loire,  région que nous apprécions pour sa beauté et sa diversité. La ville de Tournus  est un lieu de passage. 

Jean-Paul : À Préty, nous ne sommes pas loin de l’autoroute, ce qui permet à  nos enfants, dispersés aux quatre coins de la France, ainsi qu’à nos amis, de  venir nous voir facilement. 

MC.B. : Pourquoi acheter une vieille maison en plein cœur du village ?

Jean-Paul : Tout d’abord, ayant une grande famille et de nombreux petits-enfants, il nous fallait de l’espace pour les héberger facilement ; par ailleurs,  j’avais besoin d’une activité pour occuper ma retraite et souhaitais aménager  quelque chose d’ancien. Cette vieille demeure correspondait tout à fait à nos  attentes et à nos aspirations. 

MC.B. : Depuis que vous êtes devenus « prétrons d’adoption », vos  premières impressions se sont elles confirmées ? Vous êtes vous bien intégrés à  la vie du village ? 

Annie : Bien sûr nous ne serons jamais aussi intégrés que des prétrons de  vieille souche mais nous avons été adoptés très vite. Nous sommes très proche  d’une vieille voisine, dont la maison est une des plus anciennes de la  commune : elle nous apporte des renseignements précieux sur le village grâce  à toutes les photos et archives qu’elle a conservées. Nous avons sympathisé  aussi avec plusieurs voisins et nous nous dépannons mutuellement. À notre  arrivée nous nous sommes rapidement inscrits à l’association « Préty Pierre et  Fleurs » dont je suis actuellement secrétaire adjointe ; et nous sommes allés au  Comité des Fêtes où l’on m’a sollicitée pour être trésorière, ce que j’ai  accepté. Jean-Paul, lui aussi, participe de près à la vie du village, ayant été  rapidement “ embauché” comme conseiller municipal : c'était peu après  avoir participé comme scrutateur lors des élections municipales de 2008.  

Annie : j'ai également eu la possibilité de contribuer à l'informatisation de la  toute nouvelle bibliothèque, c'est un travail qui m'intéressait.  

MC.B. : Ces différents engagements et activités vous ont donc finalement  permis de vous attacher davantage à notre village ?  

Annie : Oui, nous nous y sentons bien et toute notre famille adore Préty, même  nos petits-enfants qui vivent aux U.S.A ! Et puis nous sommes heureux qu’il y ait  maintenant de temps en temps une messe dans notre jolie église, le samedi soir.  

MC.B. : Quel regard portez-vous, à présent que vous la connaissez mieux,  sur cette petite commune du Tournugeois? Qu'y trouvez-vous de vivant ?  

Annie et Jean-Paul : Les associations y sont nombreuses, qu'il s'agisse de“ Préty  Pierre et Fleur” de Préty Patrimoine de Pays, le Comité des Fêtes, le Club  théâtre, la bibliothèque à la Maison des Associations ... sans oublier l'Amicale  Boules de Préty, la Diane de Préty et anciennes traditions comme la“ journée du  boudin ”, la fête Patronale du 15 août ... etc. Cette vitalité provient d'abord de  l'action de l'équipe municipale et de ses employés. Ils agissent aussi au travers du  Centre Communal d'Action Sociale.  


En conclusion, il fait bon vivre à Préty, ce beau village qui tout en conservant le  charme de la campagne, s'efforce de demeurer vivant et attractif.


Préty


Préty